FRANÇOISE JUVIN

Elle entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon en 1941 où elle rencontre plusieurs artistes comme Jacques Truphémus, André Cottavoz, Jean Fusaro, et Pierre Coquet qui deviendra son mari en 1948.
Avec ce dernier, elle adhère en 1945 au [[Sanzisme]], terme inventé par le peintre Philibert-Charrin pour caractériser un mouvement réunissant quelques anciens élèves des Beaux-Arts de Lyon. Ne voulant appartenir à aucun mouvement artistique dont les intitulés se terminent par « -isme » (impressionnisme, cubisme etc…), ils choisissent de nommer leur groupe le « Sanzisme », littéralement le Sans « -isme ».
Cette période d’après guerre rassemble les jeunes générations de moins de trente ans désireux de ne se soumettre à aucune influence. Alors que dans l’Ecole de Paris, un débat intense se développe autour des notions d’abstraction et de figuration, à Lyon, ce groupe de jeunes artistes, à peine sortis des rigueurs de la guerre, reprend ce débat à son compte.
Cette nouvelle génération regroupe des personnalités aussi diverses qu’André Cottavoz, Pierre Doye, James Bansac, Antoine Sanner, Jacques Truphémus, Jean Fusaro, Paul Philibert-Charrin, André Chaix, Paul Clair, Pierre Coquet, Edouard Mouriquand, Roger Bravard, Pierre Palué, André Lauran, Jean Mélinand et bien entendu Françoise Juvin.
La première exposition des Sanzistes a lieu en 1848 à la chapelle du lycée, rue de la Bourse à lyon.

Dans les années 50 le couple s’installe à Paris, où Françoise enseigne les arts plastiques. Elle unie ainsi ses deux activités, elle est à la fois peintre et professeur. En 1960, la galerie Romanet anciennement située avenue Matignon, expose pendant plusieurs années des oeuvres de Françoise auprès de Pierre Coquet, Jacques Truphémus, Raoul Pradier et Coutelas.
Les paysages, les endroits choisis par Françoise prennent forme sur la toile, au détour de voyage entrepris dans plusieurs régions de France, dans le Nord, au Tréport, aux Sables d’Olonne et surtout dans le midi, Collioure, Argelès, Nice et Cannes. mais Paris reste aussi un de ses sujets préférés, les toits de zinc ; les façades typiques des beaux immeubles, sont pour elle prétexte à utiliser des couleurs gaies et lumineuses. « Son union avec Pierre ne fait pas d’ombre à sa nature. Où lui, spontanément retranche, élimine, elle, avec une sorte de candeur, apporte, ajoute… et la couleur exulte. » Alain Vollerin, « Les Sanzistes », éditions Mémoire des Arts, 2007
Depuis 2007, elle est présente dans la collection du Musée Paul Dini à Villefranche-sur-Saône. Françoise Juvin est décédée en janvier 2011 des suites d’une longue maladie.

GALERIE / filtres

Atelier Juvin
20
abricots à la nappe verte
huile carton PFJ1 enc.
Dimensions : 33 x 24cm
sbd
21
compotier sur la nappe à carreaux
huile carton PFJ2 enc.
Dimensions : 33 x 24cm
sbd
13.jpg
fleurs et agrumes sur a nappe bleue
huile carton PFJ3 enc.
Dimensions : 20 x 27cm
sbd
16.jpg
fruits d'été
huile toile PFJ4 enc.
Dimensions : 24 x 35cm
sbd
18.jpg
grues en bord de Seine
huile papier PFJ5 enc.
Dimensions : 14 x 24cm
sbd
15.jpg
le compotier
huile carton PFJ6 enc.
Dimensions : 18 x 33cm
sbd
800.jpg
le port de Cannes
huile toile PFJ7 enc.
Dimensions : 22 x 33cm
sbd
14.jpg
les agrumes
huile carton PFJ8 enc.
Dimensions : 24 x 40cm
sbd
1.jpg
les compotiers
huile toile PFJ9 enc.
Dimensions : 28.5 x 37cm
sbd
12.jpg
compotier sur fond orange
huile papier PFJ10
Dimensions : 22 x 22cm
sbd